Background
voir fond
retour

Les nouveaux vitraux d’Imi Knoebel

Imi Knoebel réalise au titre de la commande publique des vitraux pour la Cathédrale de Reims



A l’occasion des 800 ans de la cathédrale Notre-Dame de Reims, cathédrale du sacre des rois de France classée au patrimoine mondial de l’humanité, Imi Knoebel, artiste allemand de dimension internationale a conçu six vitraux. Destinés à l’abside, ils sont réalisés au titre de la commande publique. La création d’Imi Knoebel prendra place de part et d’autre du chef d’œuvre créé par Marc Chagall en 1974 et répond au souhait de couleur qui fait aujourd’hui défaut dans l’environnement de Chagall. Les vitraux couvriront une surface de 128m². Cette commande publique sera inaugurée le samedi 25 juin 2011 à 11h.

Le projet d’Imi Knoebel est une composition abstraite dont l’essence repose sur les couleurs fondamentales, bleu, jaune et rouge, en aplats croisés et superposés. Il est la traduction, selon sa propre expression, de l’iconographie des vitraux anciens de la cathédrale « dans un nouveau langage abstrait ». Imi Knoebel ajoute : « Il convient de revenir au langage chromatique d’origine de la cathédrale et de produire une symbiose entre l’ancien et le nouveau. La couleur confère qualité, poids et équilibre. Elle n’est pas dotée uniquement d’une valeur chromatique mais aussi d’une luminance. »
L’œuvre créée pour Notre-Dame de Reims, haut lieu de l’architecture gothique, reflète la grande tradition de l’art du vitrail en Champagne-Ardenne et poursuit l’invitation faite à de prestigieux artistes.

La dernière commande de vitraux pour la Cathédrale de Reims a été passée, il y a 36 ans, à Brigitte Simon. Pour Imi Knoebel, il s’agit simultanément de sa première commande publique en France et de sa première création dans le domaine du vitrail.

La réalisation des 6 vitraux a fait l’objet d’une collaboration étroite de l’artiste avec un groupement des maîtres verriers, l’atelier Simon Marq, à Reims et l’atelier Duchemin, à Paris (voir le calendrier du projet).

La Direction régionale des affaires culturelles de Champagne-Ardenne, en relation avec la direction générale des patrimoines et la direction générale de la création artistique (ministère de la Culture et de la Communication), est le maître d’ouvrage de cette commande publique, pour un montant d’ 1,3 M. d’euros.

Cette commande bénéficie, en outre, du soutien de mécénat d’entreprise : la fondation d’entreprise du Groupe GDF SUEZ, les Champagnes Louis Roederer, la Caisse d’Epargne Lorraine-Champagne ainsi que de personnalités privées qui souhaitent garder l’anonymat.

Imi Knoebel

Imi Knoebel est un artiste héritier de la tradition de l’art abstrait européen. Né en 1940 à Dessau, son oeuvre est une interprétation contemporaine de l’esprit du Bauhaus et du constructivisme.

En qurante ans de production, le parcours d’Imi Knoebel est un questionnement sur les limites de l’abstraction géométrique.La couleur, primaire ou nuancée, monochrome ou juxtaposée, est devenue son sujet même. La beauté des formes procède chez Imi Knoebel de leur superposition. Il se réclame de l’héritage formel et spirituel de Kasimir Malevitch et de celui de Piet Mondrian. Il étudie l’art à l’académie de Dusseldorf au début des années 60 où il fréquente Joseph Beuys. Imi Knoebel partiipe alors de l’utopie de l’époque selon laquelle l’art, par sa radicalité, peut changer la vie.

L’art de Knoebel explore une variété remarquable de démarches possibles dans le domaine de l’abstraction dans la grande tradition européenne du XXe siècle. Mais il initie également une attitude expérimentale et conceptualiste, basée sur une construction sensible à partir des couleurs fondamentales, comme l’enseignait l’école du Bauhaus et les maîtres du constructivisme russe du début du siècle. Imi Knoebel, accorde à ces couleurs une valeur de fondation, au sens architectural du terme, socle d’un équilibre intemporel.

Depuis une quinzaine d’années, Imi Knoebel se concentre avec rigueur sur la couleur primaire, le bleu, le rouge dans l’esprit d’une fondation, au sens architectural du terme.

Marqué par la radicalité des remises en causes esthétiques des années 60, l’art d’Imi Knoebel exprime aujourd’hui la confrontation avec l’autorité des grands maîtres de l’abstraction du XXème siècle, chez lesquels la spiritualité transcende la forme.

Calendrier du projet

- 2008 :
Mars : La direction régionale propose à Imi Knoebel la création de 6 vitraux dans le deux chapelles d’abside de la Cathédrale de Reims.
Avril : Une délégation du ministère de la Culture et de la Communication composée d’Olivier Kaeppelin, délégué aux arts plastiques, Marc Nouschi, directeur régional des affaires culturelles, Frédéric Murienne, conservateur régional des monuments historiques et Laurent Innocenzi, conseiller pour les arts plastiques rend visite à Imi Knoebel, à son atelier à Dusseldorf.
Juin : Imi Knoebel visite la Cathédrale de Reims.
- 2009 :
Mai : Le comité des experts du projet, composé des représentants du ministère de la Culture et de la Communication, du clergé, de la Société des Amis de la Cathédrale se réunit à Reims. Il émet un avis favorable sur le projet d’Imi Knoebel.
Septembre : Les deux commissions nationales des monuments historiques et de la commande publique se prononcent en faveur du projet.
- 2010 :
Mars : Le contrat de commande est signé entre la direction régionale des affaires culturelles et Imi Knoebel
Mai : La production du vitrail est lancée avec le groupement d’entreprises Duchemin-Simon Marq, maîtres-verriers du projet, en collaboration avec Imi Knoebel.
- 2011 :
Février : Travaux de maçonneries et de pose du vitrail dans les deux chapelles d’abside de la Cathédrale.
Mai : Inauguration d’Imi Knoebel à la Cathédrale, après 12 mois de réalisation.